Comme si Macron grimpait du 9a…

Bon je dis Macron mais j’aurais pu en citer un autre.

 

(aaaahhh les candidats à la présidence de la république…

…on voit qu’eux depuis des mois…

…vivement que ça finisse ce truc.)

 

Bref.

 

C’est quoi ce délire François ?

Macron dans du 9 ?

Ondra président ?

Un ministère de la grimpe aussi non ?!

 

Et pourquoi pas ! 😀

Héhé !

 

Non aujourd’hui ,je fais un comparatif entre notre « à 99% sûr » futur président et un grimpeur de 9 car il y a des similitudes :

  • Ils sont surentraînés
  • Ils sont suivis par des experts
  • Ils ont un environnement propice à la performance

 

C’est quoi le rapport avec toi ?

Il y a au moins 2 de ces 3 critères que tu peux remplir sans problème.

 

Bon le surentraînement, je le dégage direct.

On est pas des athlètes de haut niveau.

C’est bon pour se blesser et arrêter la grimpe pendant 3 mois (et on veut pas que ça arrive)

 

Par contre, les 2 autres…

 

L’environnement propice à la performance ?

Tu peux facilement te le créer :

Grimper un pote aussi motivé que toi (ou en club), ça pousse à la perf.

Ça pousse à se dépasser.

Et en organisant bien ton temps, tu peux libérer minimum 2 sessions de grimpe sans problème.

Même si 3 ou 4 seront plus efficaces.

 

Être suivi par des experts ?

Si tu grimpes en club, tu auras certainement un BE qui pourra te conseiller régulièrement.

Sinon, quelques heures de coaching par un coach de ta SAE va vraiment t’aider.

Ok c’est pas donné.

Mais c’est efficace.

 

(Puis si t’a pas trop de thunes, tu peux toujours jeter un œil à ça

…et à ça aussi tien.)

 

Tout ça pour dire que progresser en escalade n’est rien d’autre qu’une question de volonté.

 

Et la chose la plus difficile, tu sais ce que c’est ?

Faire le premier pas.

Après tout s’enchaîne facilement.

 

Je te dis à demain.

En espérant que tu vas poser la première pierre de ton projet dès aujourd’hui.

 

Verticalement,

François

Leave A Response

* Denotes Required Field